Login

Découvrez notre programme !

Elections fédérales 2011

Rendre d'autres modes de vie possibles


Nous constatons :

- Une prise de conscience généralisée des troubles écologiques et sociaux, mais qui ne correspond pas à un passage à l'acte : de nombreuses personnes souhaitent changer leurs habitudes mais n'y parviennent pas.

- Une insatisfaction générale et un manque de liberté de choix : frustré-e-s et tiraillé-e-s entre notre désir de bien faire et notre quotidien pollué et stressé, nous avons souvent le sentiment d'être contraint-e-s de polluer «à contre cœur».

- Une dégradation qualitative : la peur et l'argent sont des moteurs de choix ou de restriction. Dès lors, les critères écologiques et humains demeurent souvent secondaires.


Nous voulons « Rendre d'autres modes de vie possibles » :

Notre programme propose de donner aux personnes les moyens de s’émanciper de la pression de la précarité, de la marchandisation, de la soumission et de la perte d'autonomie.

Pour ce faire, nous proposons de fixer des limites à la surexploitation de l'humain et de la nature pour que chacun-e ait accès aux ressources et puisse choisir, aujourd'hui et demain, un mode de vie qui lui convienne.


Voici 12 axes pour rendre d’autres modes de vie possibles – cliquez dessus pour lire nos propositions :

1. Réduire la surconsommation et les besoins en énergie

2. Une agriculture écologique et socialement viable

3. Mobilité

4. Relocaliser l'économie

5. Emploi : travailler moins et diminuer les écarts de revenus

6. L'égalité entre les sexes dans les faits

7. Logements accessibles, conviviaux et vivants

8. Education à l’autonomie

9. Politique pour les jeunes

10. Santé et consommation

11. Politique d’accueil

12. Fiscalité et finances : transparence et égalité

 


… pour « rendre d’autres modes de vie possibles » et pour rendre le sourire aux Jeunes Vert-e-s, en contrecarrant le réchauffement climatique...

Votez la liste numéro 5, Les Jeunes Vert-e-s !

Voici la présentation des 7 candidat-e-s

 

1. Réduire la surconsommation et les besoins en énergie


Constats :
- La consommation d’énergie augmente. L'utilisation des ressources dépasse leur capacité à se régénérer.

- L’inégalité face à l'accès aux ressources, la priorité des critères économiques pour les choix des filières de production et de distribution au détriment des critères sociaux et écologiques.

1.1 Allocation équitable de quantité de ressources (notamment énergétiques) par habitant-e-s, échangeables dans les limites d’objectifs nationaux de réduction de consommation.

Voir par exemple le concept britannique de quota d''énergie ( http://www.teqs.net/ )

1.2 Sortie du nucléaire crédible et réaliste, basée sur la remise en question de nos modes de vie afin de réduire les besoins en  consommation d’énergie.

1.3 Évolution du système énergétique vers les renouvelables, avec des solutions transitoires sans compromettre la réduction des émissions de gaz à effet de serre (réduction en Suisse, sans possibilité de compensation à l'étranger)


2. Une agriculture écologique et socialement viable


Constats :

- Le travail agricole est dévalorisé socialement et économiquement.
- Les foyers suisses consacrent environ 8% de leur budget à l’alimentation.
- Le prix bas : les agriculteurs ne sont pas payés par leur travail mais par l'aide de l'Etat. Les firmes agro-alimentaires en profitent.
- La dévalorisation économique de l'agriculture participe à sa disparition (bétonnage) et à son uniformisation

2.1 Planifier et protéger la souveraineté alimentaire, notamment dans l'aménagement du territoire, le choix des filières (prise en compte de la fertilité des terres dans tout plan d'aménagement et geler les terres fertiles) et dans la demande en aliments locaux.

2.2 Favoriser une agriculture peu consommatrice d'énergie et génératrice d'emplois éthiques : développement  de L’ACP (Agriculture Contractuelle de Proximité), des pratiques alternatives (agriculture biodynamique et permaculture) et de l’agriculture familiale de petite échelle.

2.3 Alimentation bio et locale, ainsi que des lundis végétariens dans les cantines scolaires

2.4 Protection de la liberté des semences et interdiction du brevetage du vivant au niveau international. Interdiction des OGM inscrite dans la constitution


3. Mobilité

 

Constats :

- Système de transport individualiste - Trafic routier saturé - Pollutions (sonore, atmosphérique, etc.)
- Objectifs de réduction des émissions de CO2 des véhicules non-atteints
- Prix des différents modes de transports ne reflétant pas leur coût (externalités)
- Vulnérabilité des piétons et des cyclistes

3.1 Taxe sur le kérosène et suppression des vols de, par exemple, moins de 500 km  (Sur les 7 millions de vols effectués dans l'espace aérien européen en 1997, 45% concernaient des distances inférieures à 500 km, un chiffre qui a augmenté depuis).

3.2 Taxe accrue sur les carburants afin d’internaliser au mieux les externalités liées au trafic routier, couplée à une taxe kilométrique sur les véhicules motorisés individuels (en projet en Hollande)

3.3 Transition vers des villes sans voitures. Progressivement, par zones (d’abord rues, quartiers, espaces communs, etc.). Dimanches, week-ends ou semaines sans voiture.

Transversalité :la relocalisation des activités réduit l'intérêt d'utiliser la voiture.

3.4 Réduction généralisée de la limite de vitesse autorisée (par exemple 30 en ville, 60-70 sur les routes cantonales et 90-100 sur les autoroutes).

3.5 Réviser les indicateurs de pics de pollutions de manière plus stricte et prendre des mesures drastiques et systématiques avant un dépassement.


 

 

4. Relocaliser l'économie

 

Constats :

- Par rapport au logement, une augmentation de la distance des emplois et des loisirs.
- Pauvreté de la vie locale et sociale dans les villes-dortoirs et quartiers résidentiels, générant une augmentation du trafic et de l'anonymat.
- Les monopoles et le dumping générent des fermetures ou des délocalisations d'entreprises suisses.
- La compétition sur les prix se fait au détriment de la qualité et de l'éthique.

4.1 Etablir une fourchette pour équilibrer le taux emplois-logements-offre socio-culturelle de chaque commune en réaffectant des bâtiments aux usages manquants.

4.2 Les collectivités/entreprises engagent 50% (minimum) de résident-e-s de la commune ou voisines et accordent une facilité d'accès au logement pour les employé-e-s/étudiant-e-s de la commune ou voisines. A compétences égales, et des exceptions restent possibles.

Transversalité: Cela apporte un critère géographique organisationnel, au simple critère économique (arbitraire) ou aux pistons. Réduire les distances réduit l'intérêt de la voiture. Les rencontres, la solidarité et la sécurité augmentent dans les communes.

4.3 Suppression des avantages fiscaux accordés aux entreprises multinationales ou grandes entreprises suisses pour les réaffecter aux entreprises respectant les critères de l'économie sociale et solidaire

4.4 Réguler les importations selon des critères écologiques et sociaux


5. Emploi : travailler moins et diminuer les écarts de revenus

 

Constats:
- L’accélération des rythmes et de travail, des gains de productivité sans augmentation de temps libre.
- Une perte d'autonomie et de démocratie au travail.
- Une compétition accrue, la menace du chômage et de la précarité.
- Le désinvestissement et la marchandisation de la sphère privée.

5.1 Réduction du temps de travail, semaine de 4 jour, sans intensification du travail et assortie d’embauches compensatoires :100% = 32 heures, pas plus de 8h par jour.

→ Transversalité :permet la baisse des maladies au travail, l’augmentation du temps à consacrer pour le bien commun (associations, bénévolat, etc.) ou le foyer.

5.2 Instauration de salaires minimum et maximum : soutien à l’initiative « Pour la protection des salaires équitables » et à l'initiative «1:12 – Pour des salaires équitables»

5.3 Instauration du revenu de base : Versement sans condition d'un revenu assurant le minimum vital à chaque citoyenne et citoyen, remplaçant l'ensemble ou une partie des allocations et assurances sociales


6. L'égalité entre les sexes dans les faits
 

Constats :

- L’égalité entre les sexes n’est pas effective, notamment dans les rapports de travail et les échanges humains, en particulier au sein des familles.

- Le discours différentialiste explique les inégalités par des inclinations propres à chaque sexe qui seraient naturelles, et de ce fait légitime les discriminations.

6.1 Mise en place d'un congé parental soumis à une condition de partage entre les deux parents

6.2 Création d'un organe de contrôle de l'égalité en matière d’emploi (salaire, embauche, harcèlement) et de formation (abolir les stéréotypes dans les manuels scolaires, viser la mixité des filières)

6.3 Les conseils d'administration doivent être composés de 40% de femmes minimum. L'Etat veille à mettre en place des formations professionnelles correspondant à ces besoins.

6.4 Mêmes droits civils pour les couples homosexuels et hétérosexuels ; Droit d’adoption pour les couples homosexuels

6.5 Parité sur les listes électorales



 

7. Logements accessibles, conviviaux et vivants

 

Constats:
- Un pouvoir disproportionné des régies et des propriétaires, un manque de liens humains, de mixité et d'espaces pour les jeunes.
- Bétonnage du territoire et manque de logements.

7.1 Encouragement des coopératives de logement gérées par les habitant-e-s

→ Transversalité :alternative à la location et à la propriété, bénéfice pour les locataires, plutôt que pour les propriétaires ou les banques (Economie relocalisée, Egalité d'accès aux ressources)

7.2 Création d'espaces communs et mixtes dans chaque immeuble : notamment pour les jeunes

→ Transversalité :économies d’espace, d'énergies et de transports. Echanges gratuits entre les habitant-e-s (crèches autogérées, gardiennage d'enfants par des personnes âgées, etc.)

7.3 Plafonner la surface de logement par habitant-e-s et limiter le nombre de propriétés foncières par personne

 

 

8. Education à l’autonomie

 

Constats :
- L’éducation est orientée par les besoins des entreprises et se base sur un modèle de compétition, d'individualisme et de normalisation générateurs de stress et de perte d'autonomie pour les jeunes.

8.1 Introduction de la « Philosophie pour les enfants » dès la crèche afin de développer l’esprit critique.

8.2 Initiation à la langue des signes pour les enfants, dès la crèche, afin de permettre une meilleure intégration sociale des 8'000 sourds et des 700'000 malentendants de Suisse.

8.3 Sortir des notes, des examens et des niveaux à l'école publique : apprendre à l’élève à s’auto-évaluer et non à se comparer à une moyenne normative.


9. Politique pour les jeunes
 

Constats :

- Les jeunes ne sont pas épargnés par la société de consommation, l’endettement des plus jeunes est un véritable fléau social.

- L’obligation de servir pour les jeunes hommes est dépassée, les jeunes doivent pouvoir s’engager dans des activités qui ont du sens pour eux.

9.1 Suppression de l’armée, mise en place d’un service civil valorisé et volontaire

9.2 Légiférer sur les crédits octroyés par les banques aux moins de 25 ans : Protection face à l’endettement des jeunes.

9.3 Tarifs jeunes des transports publics davantage réduits (demi-tarif jusqu’à 25 ans)

 

 

10. Santé et consommation

Constats :

- La baisse de la qualité des produits et le manque de transparence.
- Incitation à la surconsommation (publicité, médias, etc.), à l'endettement.
- L’impact socio-écoligique des entreprises pris en charge par la collectivité.

10.1 Libérer l'espace public de la publicité commerciale : uniquement la culture, l'information et la sensibilisation d'utilité publique bénéficient de l'espace public pour se faire connaître (voies publiques, médias subventionnés).

10.2 Emballages plus explicites et détaillés : informations sur les conditions  écologiques, sanitaires et sociales (origines, traitements chimiques, prix payé au producteur, etc.)

10.3 Retirer l’eau minérale du marché. Mise en place de filières de transport d’eau en cas de nécessité.

 

11. Politique d’accueil


Constats :

- Des initiatives populaires fédérales sont lancées alors qu’elles violent l’essence des droits fondamentaux inscrits dans la constitution et sont contraires au droit international.
- Une grande partie de la population est exclue des débats de société qui la concerne du fait qu’elle n’est pas en possession de la nationalité suisse et n’a pas le droit de vote ni d’éligibilité.
- 50 à 500 millions de personnes pourraient migrer d’ici à 2050 sous l’effet des inondations, de la dégradation des sols, des catastrophes naturelles, de la déforestation, de la construction de grands barrages ou d’accidents industriels, mais leur statut n’est pas reconnu par le droit international.
- La façon dont nous traitons les sans-papiers (quelque 100'000 travailleurs sans papiers en Suisse) est hypocrite : nous profitons d’un côté de leur travail et de l’autre nous leur refusons officiellement les droits fondamentaux.


11.1 Contrôle des initiatives anti constitutionnelles ou inapplicables conformément au droit international

11.2 Droit de vote et d’éligibilité au niveau communal et cantonal pour les personnes d’origine étrangère après 5 ans de résidence en Suisse

11.3 Vote blanc comptabilisé

11.4 Reconnaître le statut des réfugiés climatiques (réfugiés de l’environnement ou éco-réfugiés)

11.5 Soutien à la pétition au Conseil fédéral et au Parlement intitulée «Stop à l’hypocrisie!» qui demande la mise en place de conditions qui permettent la régularisation des personnes sans statut légal qui résident en Suisse


12. Fiscalité et finances : transparence et égalité

Constats :

- Le secret bancaire protège l’évasion fiscale

- Les disparités cantonales en matière d’impôts pénalisent certains cantons

12.1 Abolir la concurrence fiscale entre les cantons et les communes

12.2 Taxer les bénéfices liés aux transactions financières (favoriser l’économie réelle)

12.3 Abolition du secret bancaire

Retour