Communiqués de presse

Les jeunesses de partis contre No-Billag

Ce mardi 16 janvier à Lausanne, six jeunesses politiques romandes et Jeunesses Suisses ont donné une conférence de presse pour présenter leurs arguments contre No Billag. En tant que minorité linguistique, la Suisse romande a tout à perdre avec cette initiative dangereuse et sournoise. Tout comme la jeunesse qui s’informe, se divertit et s’instruit avec les médias publics.

Bien loin des arguments des initiant-e-s, la jeune génération consomme fortement des programmes produits et portés par la télévision et les radios publiques. Les informations sont notamment écoutées et partagées via des capsules diffusées sur les réseaux sociaux. C’est le cas de ‘Nouvo’ ou des chroniques piquantes des ‘Orties’. A cela s’ajoutent les événements culturels et sportifs tels que la Champions League ou les retransmissions de hockey et de tennis. Au final, s’ils ne consomment plus les médias comme leurs parents, les jeunes regardent toujours ce que fait la RTS et ce que produisent les radios. Notamment à travers le prisme des réseaux sociaux.

Les sept organisations ont aussi insisté sur le fait que cette initiative trompeuse ne libèrera aucun pouvoir d’achat pour la jeune génération. Pire, la disparition de la redevance radio-télé entraînera l’instauration d’abonnements nombreux et coûteux dont le coût total sera bien supérieur aux 365CHF qui seront payés dès le 1er janvier 2019.

Les organisations présentes ont également rappelé que ces acteurs médiatiques, tels que la RTS, jouent un véritable rôle dans l’emploi, mais également dans la formation de nombreux jeunes. En proposant près de 150 stages chaque année, la RTS remplit un véritable rôle d’entreprise formatrice. De nombreuses places d’apprentissage sont également proposées. Ce sont tout ces débouchés professionnels qui risquent d’être mis à mal en cas d’acceptation de l’initiative.

Enfin, en tant que minorité linguistique, la Suisse romande a tout à perdre avec cette initiative. Ce faible soutien s’est déjà traduit lors de la récolte des signatures en 2015, où seulement moins de 5% des 112’191 signatures déposées à la Chancellerie fédérale par les initiant-e-s provenaient des six cantons romands. 

 

Valentin Dujoux
Co-président des Jeunes Vert-e-s Genève
079 338 49 35 

Ivan Ardizzone
Co-président des Jeunes Vert-e-s Genève
076 376 55 01

Kevin Morisod
Co-président des Jeunes Vert-e-s Suisse
078 623 70 46 

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch