Depuis des années, Frontex viole systématiquement les droits humains afin de verrouiller les frontières extérieures de l’Europe. Suite au vote du parlement, ces agissements devraient être soutenus par la Suisse à hauteur de 61 millions par an. Les Jeunes Vert·e·s sont le premier parti national à soutenir le référendum contre cette décision scandaleuse, lancé par des organisations de soutien aux demandeur·se·s d’asile migrant·e·s.

Communiqués de presse

Les Jeunes Vert·e·s sont le premier parti à soutenir le référendum contre l’extension du soutien suisse à Frontex

Depuis des années, Frontex viole systématiquement les droits humains afin de verrouiller les frontières extérieures de l’Europe. Suite au vote du parlement, ces agissements devraient être soutenus par la Suisse à hauteur de 61 millions par an. Les Jeunes Vert·e·s sont le premier parti national à soutenir le référendum contre cette décision scandaleuse, lancé par des organisations de soutien aux demandeur·se·s d’asile migrant·e·s.

Frontex, l'agence européenne de protection des frontières, a tenu fermées les portes de la forteresse européenne pendant des années, sans se soucier des violations des droits humains ayant cours. Chaque jour, Frontex ferme les yeux sur de telles violations commises par les garde-côtes nationaux - quand ce n’est pas Frontex qui commet elle-même les crimes. Par exemple, dans le cas des "pushbacks", les bateaux contenant des réfugié·e·s sont illégalement repoussés en mer au lieu d'être secourus. Enfin, Frontex n'emploie pas d'observateur·rice·s pour vérifier que les droits humains soient respectés – malgré son obligation de le faire !– et les journalistes sont menacé·e·s et arrêté·e·s.

Lors de la session d'automne, le Conseil national et le Conseil des Etats ont décidé que la Suisse devrait à l'avenir contribuer encore plus au financement de la “protection” européenne des frontières. Chaque année, 61 millions de francs suisses seraient versés à Frontex. Sans référendum, la Suisse soutiendra activement encore davantage les crimes commis quotidiennement aux frontières extérieures de l'Europe. Frontex empêche les personnes migrantes d'exercer leur droit de demander l'asile en Europe. Les Jeunes Vert·e·s Suisse sont indigné·e·s par cette scandaleuse décision de Berne.

Une alliance d'organisations de réfugié·e·s et de migrant·e·s, dirigée par le Migrant Solidarity Network, lance maintenant un référendum contre le financement de Frontex. Les Jeunes Vert·e·s Suisse soutiennent le référendum et y prendront activement part. Le plus grand levier de la Suisse contre Frontex est le budget accordé à l'agence de protection des frontières. Ce n'est qu'en coupant l’aide financière à Frontex que l'on pourra créer la pression nécessaire pour que les crimes aux frontières extérieures de l'Europe soient enfin davantage thématisés, et puissent prendre fin.

Margot Chauderna
Vice-secrétaire générale
secretariat@jeunesverts.ch

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch