Un signal fort en faveur du droit d?asile

Communiqués de presse

dépôt du référendum sur l'asile

Le comité référendaire contre les mesures urgentes de la loi sur l'asile se réjouit d'annoncer le dépôt des signatures nécessaires à l'aboutissement du référendum lancé le 10 octobre dernier et remercie chaleureusement toutes celles et tous ceux l'ont soutenu par leur signature et leur aide. Au vu des moyens dont le comité disposait pour mener à bien ce référendum, ce résultat est extrêmement satisfaisant et démontre qu'une partie de la population suisse est toujours prête à répondre et se mobiliser en faveur d'une politique migratoire solidaire et respectueuse des droits humains.

Ce succès est un signal fort, qui doit maintenant se traduire dans les urnes. Un signal d'autant plus important que le parlement et le Conseil fédéral poursuivent leur politique de démantèlement du droit d'asile et de criminalisation des requérants d'asile et des réfugiés, en multipliant les révisions, sans autre bilan que la précarisation et la déshumanisation progressives des demandeurs d'asile.

Projet 1, projet 2, projet 3...les révisions à répétition menacent le débat démocratique !
Le 14 décembre 2012, le Parlement a adopté la suite de la révision de la loi sur l'asile, dont les mesures urgentes avaient été séparées en septembre 2012. Ce second volet est tout aussi inacceptable que le premier, incluant des mesures telles que la sanction pénale des activités politiques menées en Suisse par des requérants d'asile ou encore le passage à l'aide d'urgence de ceux qui seront considérés récalcitrants. Des mesures qui s'attaquent une nouvelle fois au noyau dur du droit des réfugiés et cherchent à faire passer les requérants d'asile pour des criminels aux yeux de la population, tout en entravant leur accès à une véritable défense juridique et à une procédure équitable.

Le rythme incessant des révisions de la loi sur l'asile dicté par le Parlement et le Conseil fédéral, avec trois volets de révision distincts en cours et d’autres mesures annoncées, place nos forces dans une situation inédite. En plus d’empêcher toute vision d’ensemble, ce saucissonnage injustifié entrave l'exercice des droits populaires : nos organisations respectives ne disposent en effet pas des moyens nécessaires au lancement d'un second référendum. Elles ne peuvent que déplorer cette absence et la démission croissante des forces politiques progressistes sur les questions de l'asile et de la migration qui y a conduit.

Nos organisations dénoncent les durcissements adoptés dans ces deux révisions. Elles appellent à exprimer par un vote clair sur les mesures urgentes un refus de l'ensemble de la révision de la loi sur l'asile. Plus nous serons nombreux, plus les forces politiques de notre pays devront entendre nos revendications et se positionner face aux multiples atteintes aux droits fondamentaux voulues par notre gouvernement et les partis bourgeois.

Non au démantèlement du droit d'asile, non à la politique des camps, non au saucissonnage des lois et aux atteintes aux droits populaires, non à la xénophobie et à la criminalisation des demandeurs d'asile.

Lena Frank
Co-Présidente des JVS
079 586 70 55

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch