10.06.2013

Communiqués de presse

Après la défaite, la lutte pour des droits plus humains continue !

 

Après de nombreuses semaines de campagne au cours desquelles nous avons tenté de convaincre la population de rejeter le référendum contre les modifications urgentes de la Loi sur l’asile, les Jeunes Vert-e-s Suisse reconnaissent aujourd’hui leur défaite. 78% de la population ont approuvé le référendum. Les terribles conséquences de la dixième révision sur l’asile en 32 ans n’ont pas été entendues. Néanmoins nous restons optimistes et nous continuerons d’essayer de transformer le climat autour des questions sur la migration en Suisse.

Le résultat d’hier est une grande défaite pour les réfugiés et une déception pour les Jeunes Vert-e-s Suisse. Mais, il y a un avant et un après votations, c’est pour cela que nous proposons en quelques lignes et de manière constructive comment nous devons continuer à nous rapprocher d’une pratique plus humaine en matière de politique migratoire en Suisse. La liberté de mouvement et d’établissement est en effet de nos buts politiques.

Droits civiques : plus équitables qu’aggravants

Le processus de naturalisation doit être régi par des règles claires et ne doit pas être tributaires de décisions arbitraires prises entre de petits comités. De plus, le "droit du sol" doit être pris en considération à moyen terme et, celui ou celle qui est né-e ici, devrait pouvoir obtenir la nationalité suisse de manière facilitée. Les durcissements promulgués par le Parlement sont à combattre avec véhémence. En particulier, les années séjournées en Suisse comptant double pour les jeunes doivent être maintenues. En cas de référendum, les Jeunes Vert-e-s Suisse iront aux fronts et combattront ce droit.

Changer les pratiques d'expulsion

Les renvois de degré 4 doivent être supprimés car ils sont non seulement dangereux pour le réfugié mais peuvent aussi entraîner la mort. De plus, l’Oseara (la société mandatée pour l’accompagnement médical) doit être exclue de la procédure d’expulsion car elle manque de compétence et ses intentions doivent être clarifiées.

Régulariser les sans-papiers

Selon la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, les jeunes sans papiers peuvent faire un apprentissage, alors qu’ils sont ensuite dans l’absurde situations qui les empêche, légalement, de trouver du travail. Grâce à une régularisation collective de tous les sans-papiers, la justice retrouverait une cohérence. Les employeurs pourront engager des personnes sans recevoir de plainte, les sans papiers bénéficieraient d’une protection du travail adéquate, l’Etat ne perdrait plus d’énorme quantité d’argent gagné au noir puisqu’une partie de celui-ci sera imposé au fisc, et, pour des milliers de sans papiers, chaque passage sur la voie publique ne sera plus une épreuve stressante et difficile.

Droit de vote aux étrangers

Les étrangers ont besoin du droit de vote au niveau communal au minimum. Il nous semble normal que les personnes concernées par des décisions politiques puissent voter et exprimer leur avis. La démocratie l'exige !

Les Verts se montrent cependant satisfaits du rejet de l’initiative UDC pour l’élection populaire du Conseil fédéral.

Ilias Panchard
Comité des JVS
079 922 63 31

Xavier Company
Vice-Président des Jeunes Vert-e-s Vaudois-es
079 715 42 10
 

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch