Communiqués de presse

Pour une mondialisation par le bas

Le World Economic Forum (WEF) discute tous les jours déconnecté de la réalité et en ignorance complète de la crise du système capitaliste qui est aveugle, auto-destructeur et se perpétue sans apprendre de ses erreurs. Le WEF a échoué avant d’avoir commencé. C’est pourquoi les Jeunes Vert-e-s Suisse demandent au Conseil fédéral d’en rester éloigné et de ne pas y envoyer d’argent des contribuables.

Cette 44ème rencontre annuelle a lieu sous le titre : « La nouvelle réorganisation mondiale : Conséquences pour la société, la politique et l’économie ».

Conséquences de la nouvelle organisation mondiale

La seule vraie conséquence de l’échec du néolibéralisme et de la bourgeoisie en Europe et dans le monde entier est une mondialisation radicale par le bas plutôt que par le haut. Une allocation des ressources juste serait une répartition entre les pauvres et les super-riches. Il faut rendre concret à une échelle globale la démocratisation et une économie respectueuse de l’environnement. L’exploitation des êtres humains et de la nature sur le dos du Tiers Monde doit être traitée par des réglementations globales plutôt que par l’administration des calmants que sont les « déclarations de principe ».

Les entreprises comme Glencore Xstrata ne devraient pas bâtir une élite sur le dos des pauvres. Il est intolérable que des processus pollueurs particuliers soient décentralisés dans des pays où la charge écologique est la plus forte. Ce transfert à but uniquement lucratif entraîne des menaces sévères pour la santé humaine et la fertilité des sols du Tiers monde qui n’est pas impliqué à l’origine du processus.

Les conséquences de cette politique néolibérale sont claires et pointent du doigt la morale double du lobby politique : pauvreté, faim, guerres et Etats instables dans la plus grande partie du monde.

Cette situation dramatique conduit évidemment à des flux de réfugiés. Les pays industrialisés sont alors les premiers à faire de l’Europe une forteresse en investissant des millions dans la machine de mort Frontex et en refusant d’assumer la responsabilité de leurs actes.

C’est pourquoi le peuple suisse ne doit pas passer à la caisse pour le WEF.Paradoxalement, cette économie d'exploitation prône le libre marché et l'action de la "main invisible" alors que les coûts des risques pris par ces entreprises privées sont pris en charge par l'Etat ! Selon cette manière de penser, les gains sont privatisés alors que les coûts sont étatisés.

C’est pourquoi nous revendiquons du Conseil Fédéral :

1.   Pas de participation financière à la tenue du WEF.
2.   Pas de participation du gouvernement suisse au WEF.

La mondialisation est un fait. Le plus important, c’est d’inverser la tendance : Pour une mondialisation par le bas !

La Suisse ne doit pas offrir une plateforme au WEF !

Ilias Panchard
Co-Président des JVS
079 922 63 31

Laÿna Droz
Coordinatrice des JVS
077 418 31 50

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch