Communiqués de presse

Panamapapers: Nous n'oublions pas!

L’attention des médias se détourne du scandale entourant les Panamapapers. Néanmoins, il reste beaucoup à faire. Dans le cadre des mesures cantonales d’économies et du programme de secours fédéral, il apparaît de plus en plus que l’évasion fiscale provoque de grands trous dans les caisses de l’Etat. Les activistes des Jeunes Vert-e-s ont protesté à Zoug contre la mise en place de solutions d’évasion fiscale et de société fictives.

L’aide à l’évasion fiscale, la construction de société fictives et de fausses adresses soustrait chaque année, en Europe, des milliards de dollar au fisc. Cet argent vient à manquer dans l’éducation, les soins de santé, les services sociaux et d’autres dépenses publiques essentielles.

Le rôle des banques suisses n’est pas encore éclairci. Les Jeunes Verts demandent la mise sur place d’une enquête sur le rôle des grandes banques suisses qui aident leur client à éviter le fisc. 365 banques, dont des banques suisses telles qu’UBS, ont permis à leur clients fortunés de créer 15'000 société fictives. « La Suisse doit veiller à ce que ces entreprises, dont les bénéficiaires sont cachés au niveau international, soient interdites » détaille Ilias Panchard, Co-président des Jeunes Verts suisses. De plus, ces sociétés cachées favorisent l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et le trafic d’armes. Il est dans l’intérêt de la Suisse d’établir et d’appliquer des règles claires pour l’imposition de ces sociétés holding.

Dans le cas de la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), il est à relever que la concurrence internationale et la nécessité de pratiques fiscales laxistes génèrent un résultat perdant. La Suisse est un exemple de dumping fiscal qui doit être combattu. Par conséquent, les Jeunes Verts sont parmi les premières organisations à soutenir le référendum contre la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III).

Dans le cadre de l'impôt des sociétés de réforme III montre que la concurrence internationale et la nécessité de pratiques fiscales laxistes sait pratiquement que des perdants. La Suisse est un exemple de la taxe internationale dumping est un bon exemple. Pour soutenir le jeune vert comme l'une des premières organisations du référendum sur la réforme de l'imposition des entreprises III.

 

Action à Zoug (photo 1)

Action à Zoug (photo 2)

Action à Zoug (photo 3)

Contact:

Ilias Panchard
Co-président des JVS
079 922 63 31

Cédric Bodoira
Coordination des JVS
secrétaria t@jeunesverts.ch

Junge Grüne Schweiz | Jeunes Vert-e-s Suisse
Waisenhausplatz 21 | 3011 Bern
www.jungegruene.ch | info@jungegruene.ch